Le football, un remède contre la démence

Comment faire face à la démence ?

Lutter contre la démence est une course contre la montre. Selon la Fondation Alzheimer d’Espagne, « un nouveau cas de démence apparait toutes les 20 secondes ». Il s’agit d’une maladie qui touche 25% des personnes âgées d’environ 85 ans. Et ces chiffres continuent d’augmenter chaque année.

La population mondiale ne cesse de vieillir et la perte de mémoire se transforme en l’un des fléaux de notre siècle :

Les maladies neuro-dégénératives commencent à se manifester par de petits oublis, la perte du sens d’orientation ou des changements d’humeur. Ce sont des changements subtiles auxquels nous prêtons peu d’attention au départ.

Cependant, plus le temps passe plus les maladies comme l’Alzheimer et la démence sénile rendent les personnes invalides et elles provoquent un total isolement de ces personnes qui en souffrent.

Aujourd’hui, la Fondation catalane Salut i Envelliment (FSiE) de l’Université Autónoma de Barcelone, est en train de mener à bien une étude pour lutter contre la démence grâce au football.

Bien souvent les personnes âgées oublient ce qu’ils ont mangé la veille, mais ils se souviennent parfaitement du match de 2006 quand Zidane et Ribéry ont éliminé l’Espagne lors de la huitième de finale de la Coupe du Monde.
Ils sont incapables de se souvenir du nom de la rue dans laquelle ils vivent, mais ils se souviennent très exactement du moment où lors du match de football France-hollande, Platini a qualifié la France pour la Coupe de Monde de 1982.

L’atelier de réminiscence fondé sur le football est adressé aux anciens footballeurs ou aux personnes âgées de 65 ans avec une perte de mémoire en phase initiale.
Pendant les sessions, les experts essayent de stimuler la mémoire des malades grâce à des expériences propres au football.

L’étude de l’Université Autónoma de Barcelone est la première qui associe le football à la mémoire. L’idée est apparue pour la première fois à Glasgow, en Écosse.

Les résultats tendent à être positifs. Les patients non seulement se rappèlent petit à petit, bien que cela soit temporaire ou partiel, mais cela stimule également beaucoup leur état. Les médecins l’expliquent par le fait que les souvenirs qui restent le plus sont ceux liés aux émotions. Et nous savons tous que le football, est une passion avant toute chose !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *